Réussir la période de tarissement chez les vaches laitières : les points clés

Publié le 18 novembre 2021

Parfois perçue comme une période improductive, le tarissement est pourtant une phase stratégique dans l'élevage laitier. Au-delà de l'arrêt de la sécrétion de lait, c'est une phase pendant laquelle des mesures de prévention doivent être mises en œuvre pour optimiser la future lactation.
Des protocoles existent pour viser de bons démarrages en lactation, prévenir les troubles métaboliques post-partum, améliorer la qualité du lait et sécuriser la santé du veau. Se fixer des objectifs de conduite pour ses vaches taries est un souvent un choix payant !

Tarir pour maitriser la qualité du lait

Afin d'optimiser la production de la lactation à venir, il est nécessaire pour la mamelle de régénérer ses tissus sécréteurs par l'arrêt de la sécrétion lactée. Avec un volume de lait et de tissu mammaire réduit, les agents pathogènes se retrouvent en première ligne face au système immunitaire qui pourra plus facilement les détruire. Parallèlement, l'hygiène du logement des vaches taries est importante pour limiter les contaminations sur cette période.

L'alimentation pour prévenir les troubles métaboliques :

  • En première phase de tarissement, veiller à ne pas engraisser les vaches. En effet, avec l'arrêt de la production laitière, les besoins totaux se réduisent à l'entretien et à la gestation alors que la capacité d'ingestion de la vache reste importante. Une ration adaptée, c'est limiter le risque de cétoses.

  • En préparation vêlage (3 dernières semaines), les besoins de alimentaires augmentent alors que la capacité d'ingestion est réduite (Moitié moins importante qu'une vache en milieu de lactation !). L'objectif sera de compenser la baisse d'ingestion par une concentration de la ration (énergie et protéines), ainsi qu'une couverture en minéraux et vitamines ajustée aux besoins. Le but est d'amener les taries vers la ration des vaches laitières en production pour préparer la transition alimentaire.

  • Lutter face aux risques de fièvres vitulaires. Lors du vêlage, la vache va mobiliser le calcium osseux notamment avec la production du colostrum (une multiplication par 10 !). L'un des leviers pour aider cette mobilisation est l'acidification de la ration. Rechercher une valeur de Baca proche de zéro est un objectif en ration de préparation vêlage.

L'alimentation pour la santé du veau

La couverture des besoins alimentaires de la mère est essentielle là encore. Elle impactera les conditions de vêlage et la qualité du colostrum qui sera produit et consommée par le veau.

Enfin, la réussite du tarissement passera aussi :

  • Par un confort de logement maximum et sain pour le lieu de vêlage
  • Par une eau d'abreuvement tant quantitative que qualitative
  • Par une exposition aux différents stress limitée pour que le vêlage se réalise à terme
  • Par une gestion de la santé optimisée (confort du rumen, boiteries)

Vous l'aurez compris, respect des recommandations et rigueur sont les maîtres mots pour le tarissement. Il s'agit clairement d'un investissement rentable pour la future lactation.

Nos experts sauront vous conseiller. N'hésitez-pas à les contacter ou à rejoindre nos sessions de formations pour performer davantage sur le sujet !