Composition des prairies temporaires : un levier de résilience et de valorisation

Publié le 08 juin 2022

En plus de contribuer à la baisse des intrants, l'intégration de prairies temporaire dans une rotation constitue un levier puissant et bon marché pour l'autonomie alimentaire des élevages de ruminants.

Malheureusement deux facteurs ont tendance à limiter une valorisation optimale de ces prairies :

  • La saisonnalité : dans les systèmes où celles-ci sont principalement pâturées, les prairies ne permettent généralement pas de satisfaire aux besoins alimentaires du troupeau en période hivernale ou de forte chaleur.
  • Le changement climatique : Les évolutions moyennes des variables climatiques (précipitations, taux de CO2 atmosphérique, température etc.), l'accroissement de leur variabilité, ainsi que les interactions entre ces variables peuvent compromettre la productivité des prairies temporaires tant par la quantité que la qualité de l'herbe produite.

Une réflexion sur la composition des prairies temporaires, en adéquation avec les spécificités locales, peut néanmoins permettre de répondre à ces deux problématiques. Cet article présente donc les différents paramètres à prendre en compte pour composer une prairie résiliente, ainsi qu’une liste d'espèces et variétés prairiales adaptées au pâturage hivernal et où connues pour leur résilience climatique.

Concepts introductifs

Prairies multi-espèce

On désigne par ce terme les prairies temporaires composées d'un mélange d'au moins 3 espèces, issues de deux familles végétales différentes (le plus souvent graminées et fabacées). À partir d'un certain niveau de pérennité (3ans) et de diversité (6 espèces, au moins 2 espèces) on parle même de "Prairie à Flore Variée" (PFV). Une telle diversité spécifique et variétale, a pour conséquence principale de rendre ces écosystèmes plus résilients face aux évènements climatiques extrêmes, mais elle offre aussi généralement un meilleur étalement de la pousse, une meilleure pérennité ainsi qu'une bonne complémentarité alimentaire.

Critères de choix des espèces

Lorsqu'on compose une prairie temporaire, choisir les espèces à implanter peut-être une décision délicate. Celle-ci doit être motivée par différents critères. Le premier d'entre eux est la période de production recherchée, il est en effet important de définir en amont si l'on souhaite valoriser la pousse de l'herbe :

  • Au début du printemps, ou à la fin du printemps / début de l'été.
  • Puis via une repousse en été ou une repousse en automne.

Le second critère est le mode d'exploitation de la prairie, il faut donc sélectionner les espèces selon si elles sont plus adaptées au pâturage ou à la fauche, et dans le second cas à l'ensilage, à l'enrubannage ou à l'affouragement vert.

Dans la même logique, il est nécessaire de s'informer sur la pérennité d'une espèce et ses sensibilités en lien avec le contexte pédoclimatique local et la durée de vie de la prairie.

Un troisième critère à prendre en compte est la rapidité d'implantation des espèces à choisir, plus une plante s'implante rapidement moins elle sera sensible à la concurrence d'adventices.

Enfin, un des derniers critères principaux est la valeur alimentaire des espèces concernées. Le rendement d'une prairie est généralement exprimé en T MS (tonnes de matière sèche) par unité de surface, sa valeur énergétique en UF (UFL pour Unité Fourragère Lait, et UFV pour la Viande) et sa teneur en protéines en PDIE (*Protéines Digestibles dans les Intestins permises par l'Énergie) ou PDIN (permises par l'Azote) voire parfois via la BPR (Balance Protéique du Rumen).

Critères de choix des variétés

Souplesse d'exploitation

Pour une prairie temporaire, ce terme désigne la période pendant laquelle l'éleveur peut la faire pâturer dans l'année qui suit son implantation (d'un stade de croissance suffisamment avancé, jusqu'à l'épiaison). Plus ce laps de temps est long, plus la souplesse d'exploitation d'une variété est grande.

Ploïdie

La ploïdie d'une variété désigne son nombre de chromosomes : la plupart des espèces sont naturellement diploïdes (leurs chromosomes sont semblables deux à deux et associés par paires homologues : noté 2n). Cependant le travail de sélection a permis de créer des variétés tétraploïdes (deux paires semblables pour chaque chromosome : noté 4n), ces variétés présentent alors les traits suivants :

  • Elles sont plus riches en eau.
  • Leurs tiges sont plus grosses et moins nombreuses.
  • Leurs feuilles sont plus larges et plus longues.
  • Leurs graines sont plus grosses.

Par extension, les variétés tétraploïdes sont souvent plus résistantes aux aléas climatiques que les diploïdes, et également plus adaptées à la pâture puisqu'ayant une plus faible teneur en matière sèche.

Remontaison et alternativité

La remontaison est la capacité d’une plante à refaire des épis après une exploitation (fauche, pâturage ...) qui a supprimé ceux de la pousse précédente. Chez les graminées, la pousse des épis favorise la production de matière sèche, facilite la fauche mais diminue la valeur alimentaire. À l'inverse, pour le pâturage on privilégie donc les espèces et variétés à faible remontaison afin de maximiser la production de feuilles, plus appétantes et à valeur alimentaire élevée. L'alternativité d'une variété désigne sa tendance à monter en épis l'année du semis. De la même manière, des variétés faiblement alternatives sont à privilégier pour des systèmes pastoraux.

Dormance

État de la plante pendant lequel développement végétatif (croissance) est arrêté lors de l'hiver, ce repos végétatif permet aux plantes de mieux résister aux stress hivernaux (gel, faibles température, enneigement ...). La période de dormance d'une variété est généralement quantifiée par une note allant de 1 (très dormant) à 12 (non dormant), C'est notamment le cas pour la luzerne.

Résistance aux maladies

Enfin, la sélection de variétés résistantes aux maladies cryptogamiques peut constituer un véritable levier pour la productivité et la résilience d'une prairie.

Les espèces prairiales

Vous trouverez ci-dessous une liste d'espèce pouvant être intégrées à des prairies temporaires de longue durée (+ de 3 ans) avec, lorsque ces données sont disponibles, des informations sur les critères de sélection présentés ci-dessus.

Graminées (poacées)

Ray-Grass Anglais (Lolium perenne)

Lolium perenne

Pérennité : 3 à 6 ans.

Utilisation : Fauche et pâturage.

Dose de semis : 20 à 30 Kg/ha en pur et 10 à 15 en association.

Infos supplémentaires : Croissance stoppée par la chaleur (25°C), tolérant aux excès d'eau. Souvent associé au trèfle blanc.

Ray-Grass Hybride (Lolium ×hybridum Hausskn.)

Lolium ×hybridum Hausskn

Pérennité : 3 à 4 ans

Utilisation : Fauche et pâturage

Dose de semis : 20 à 30 Kg/ha en pur et 10 à 15 en association.

Infos supplémentaires : Sensible à la sécheresse, bonne pousse précoce au printemps. Souvent associé au trèfle violet.

Dactyle aggloméré (Dactylis glomerata)

Dactylis glomerata

Pérennité : 4 à 8 ans

Utilisation : Fauche et pâturage.

Dose de semis : 15 à 20 Kg/ha en pur

Infos supplémentaires : très résistant à la sécheresse, bonne valeur énergétique et teneur en protéines. Sensible aux excès d'eau et au froid, forte épiaison la première année. Souvent associé à la luzerne. Une fauche à un stade avancé peut engendrer une perte d'appétence. Implantation lente mais bonne repousse en été et automne.

Fétuque élevée (Festuca arundinacea)

Festuca arundinacea

Pérennité : 6 à 10 ans.

Utilisation : Fauche et pâturage.

Dose de semis : 15 à 25 Kg/ha en pur et 3 à 15 Kg/ha en association

Infos supplémentaires : adaptée à tous les types de sols au froid et à la chaleur, implantation lente, bonne repousse en été et automne, résistante au piétinement et excès d'eau. Perte d'appétence à un stade avancé : facteur de choix variétal.

Fétuque des prés (Festuca pratensis)

Festuca pratensis

Pérennité : 4 à 5 ans.

Utilisation : Fauche et pâturage.

Dose de semis : 15 à 25 Kg/ha en pur et 3 à 15 Kg/ha en association

Infos supplémentaires : Espèce adaptée aux excès d'eau hivernaux, vitesse d'implantation lente et faible remontaison. Sensible à la sécheresse mais pas à la chaleur (pousse stoppée à 30 - 33°C).

Festulolium (Festulolium loliaceum)

Festulolium loliaceum

Pérennité : 3 à 5 ans.

Utilisation : Fauche et pâturage.

Dose de semis : 15 à 25 Kg/ha en pur et 3 à 15 Kg/ha en association

Infos supplémentaires : hybride entre le ray-grass et la fétuque, peut prendre les caractéristiques de l'un ou l'autre selon les variétés.

Fléole des prés (Phleum pratense)

Phleum pratense

Pérennité : 3 à 5 ans

Utilisation : Fauche et pâturage.

Dose de semis : 3 à 7 Kg/ha.

Infos supplémentaires : Plutôt adaptée aux zones froides ou montagneuses, pousse plus tard au printemps et en hiver doux : pâturable l'hiver. Bonne résistance aux sols acides et / ou inondés. Déprimage possible et implantation lente.

Brome cathartique (Bromus catharticus)

Bromus catharticus

Pérennité : 3 à 5 ans

Utilisation : Fauche et pâturage.

Dose de semis : 50 à 60 Kg/ha en pur et 20 Kg en association avec des légumineuses.

Infos supplémentaires : Sensible au froid, aux excès d'eau et piétinement en sols humides. Démarrage en végétation plus précoce que le brome sitchensis.

Brome sitchensis / d'alaska (Bromus stichensis)

Bromus stichensis

Pérennité : 3 à 5 ans

Utilisation : Fauche et pâturage.

Dose de semis : 40 à 45 Kg/ha en pur et 20 Kg en association avec des légumineuses.

Infos supplémentaires : Plus résistant au froid, sensible aux excès d'eau et piétinement en sols humides. Moins alternatif et moins remontant que le brome cathartique, pousse plus tôt au printemps.

Pâturin des prés (Poa pratensis)

Poa pratensis

Pérennité : 4 à 8 ans.

Utilisation : Fauche et pâturage.

Dose de semis : 15 à 25 Kg/ha en pur et 5 à 15 Kg/ha en association.

Infos supplémentaires : adaptée aux climats secs et au surpâturage. Tolère des conditions météo extrême et permet de "combler les trous" après de tels aléas. Développement initial lent et valeur alimentaire faible.

Légumineuses (fabacées)

Trèfle blanc (Trifolium repens)

Trifolium repens

Pérennité : 4 à 5 ans.

Utilisation : pâturage principalement.

Dose de semis : 2 à 4 Kg/ ha pour 15 à 20 Kg de graminées en association.

Infos supplémentaires : peu tolérant à la sécheresse, mais plutôt résistant à la chaleur.

Trèfle hybride (Trifolium hybridum)

Trifolium hybridum

Pérennité : 2 à 4 ans.

Utilisation : pâturage et fauche.

Dose de semis : 10 à 15 kg/ha en pur ; et 2 à 4 Kg/ha pour 15 à 20 Kg de graminées en association.

Infos supplémentaires : résistant au froid, et aux sols compactés humides et asphyxiants. Peu tolérant à la sécheresse.

Trèfle violet (Trifolium pratense)

Trifolium pratense

Pérennité : 2 à 3 ans.

Utilisation : pâturage et fauche.

Dose de semis : 12 à 15 Kg/ha pour 8 à 12 Kg de graminée en association.

Infos supplémentaires : adaptée aux sols acides, sensible à la sécheresse, inadaptée à l'ensilage.

Lotier corniculé (Lotus corniculatus)

Lotus corniculatus

Pérennité : 2 à 4 ans.

Utilisation : pâturage et fauche.

Dose de semis : 12 à 15 Kg/ha pour 8 Kg de graminée en association.

Infos supplémentaires : Adapté aux terrains séchants, Plante non météorisante, Implantation lente et espèce peu agressive, sensible au piétinement.

Minette / Luzerne lupuline (medicago lupulina)

medicago lupulina

Pérennité : 1 à 4 ans.

Utilisation : pâturage et fauche.

Dose de semis : 15 à 20 Kg/ha en pur ; 2 à 4 Kg/ha pour 15 à 20 Kg de graminée en association.

Infos supplémentaires : Espèce non météorisante, permet de valoriser des terres à faible potentiel, implantation lente, sensible aux excès d'eau.

Sainfoin / esparcette (Onobrychis viciifolia)

Onobrychis viciifolia

Pérennité : 2 à 3 ans.

Utilisation : pâturage et fauche.

Dose de semis : 40 à 50 Kg/ha en pur.

Infos supplémentaires : Résistante à la sécheresse et au froid mais sensible aux excès d'eau. Mal adaptée aux associations car peu agressive. Inadaptée aux sols argileux et acides. Espèce très mellifère.

Luzerne (Medicago sativa)

Medicago sativa

Pérennité : 3 à 5 ans.

Utilisation : fauche uniquement si cultivée en pur (trop météorisante pour être pâturée).

Dose de semis : 15 à 20 Kg/ha en pur ; 10 à 15 Kg/ha pour 12 à 14 Kg de graminée en association.

Infos supplémentaires : Sensible aux excès d'eau et sols acides, grande résistance à la sécheresse, rendements importants et bonne valorisation en enrubannage. Inadaptée à l'ensilage (faible teneur en énergie).

Autre familles

Plantain lancéolé (Plantago lanceolata)

Plantago lanceolata

Pérennité : 3 ans.

Utilisation : Pâturage principalement.

Dose de semis : 1 à 3 Kg /ha pour 15 à 20 Kg de graminées en association.

Infos supplémentaires : très résistante à la sécheresse, ainsi qu'au sols hydromorphes. Effet antiparasitaire prouvé sur les petits ruminants, Coût des semences élevé (10 à 16€ / kg).

Chicorée fourragère (Chychorium inhibitus)

Chychorium inhibitus

Pérennité : 3 à 4 ans

Utilisation : pâturage principalement, car faible teneur en matière sèche.

Dose de semis : 1 à 5 Kg/ha en association avec des graminées et des légumineuses.

Infos supplémentaires : très résistante à la sécheresse, adaptée au pâturage estival, contient des substances vermifuges. Fort taux de remontaison : facteur de choix variétal.