Les points clés pour augmenter la production de lait par vache

Publié le 09 septembre 2021

Pour atteindre un haut niveau de production, il faut faire appel à un ensemble de compétences et une technicité globale de l’exploitation. Autrement dit, il faut être bon partout : en nutrition, en gestion des taries et du début de lactation, en reproduction et dans le bien-être animal.

Une nutrition suivie de près

La ration doit répondre à une triple cohérence :

  • Physique (qualité de fibre, longueur de coupe)

  • Chimique (équilibre azote/énergie, taux d’amidon et de cellulose)

  • Cinétique (accès à l’auge, taux de matière sèche, homogénéité)

Il est nécessaire de concentrer les rations et de limiter l’encombrement des fourrages en veillant au rapport UFL/UEL. Le taux d’urée est également un indicateur de l’équilibre de la ration avec un objectif de se situer au tank autour de 180 à 220 mg/l. Aussi, l’apport de certains nutritionnels participer à l’amélioration des performances. Les levures ont par exemple une influence sur le pH du rumen (effet tampon) ce qui permet une meilleure digestion des fibres. Ou encore l’intégration d’acides aminés (méthionine, lysine) qui apportent une plus-value en lait et en taux.

Taries et début de lactation : assurer le bon démarrage

Sur le 1er mois de tarissement, l’objectif est de conserver la capacité d’ingestion et de couvrir les besoins de la vache et du veau en gestation.

Le 2ème mois de tarissement consiste à préparer réussite de la future lactation. Les aspects conforts et nutrition sont essentiels, car les besoins sont spécifiques pour la préparation vêlage (couvertures azote, énergie, BACA négatif pour les fièvres de lait…).

Le début de lactation est aussi une période déterminante. La transition de vache tarie à vache en production doit être anticipée, notamment en termes de fourrages pour préparer la flore du rumen. Une vache bien préparée, en bonne santé, avec une ration de qualité sera productive et efficace sur toute la lactation. A même potentiel génétique, 3kg de plus de lait du pic de lactation, c’est 1000 kg de lait en plus sur la lactation complète.

Une reproduction optimisée

Une reproduction optimisée c’est :

  • Un mois moyen de lactation compris entre 4,8-5,5

  • Un index lait des taureaux utilisés supérieur à 800

  • un taux de renouvellement maitrisé <30%

  • Un IVV < 380 j

Pour atteindre ces objectifs, il est indispensable d’y consacrer du temps de surveillance et/ou de faire appel à des outils de monitoring (ex Médria), et de piloter plus globalement sa stratégie de renouvellement.

Un bâtiment confortable sur tous les points

La qualité du bâtiment impacte aussi la production laitière !

Les conditions optimales de couchage permettent une meilleure production puisque la position allongée accroit la circulation du sang dans la mamelle Ensuite, l’accessibilité à l’eau est primordiale puisqu’il faut que la vache ingère 4 à 5 L d’eau pour produire 1L de lait.. Enfin l’ambiance, la ventilation et la luminosité sont des facteurs majeurs qui influent sur le bien-être des vaches et donc leur production.

Le niveau de production est la résultante d’un ensemble de facteurs à maitriser. La mise en place de protocoles et l’appui d’un œil extérieur vont aider à performer techniquement, et par conséquent économiquement. Pour perfectionner vos compétences et optimiser vos pratiques d’élevage, contactez les experts nutrition, reproduction ou bâtiment d’Eilyps !

En savoir plus

bg
Minéraux, ils ne doivent pas faire défaut !

L’apport en minéraux à travers les Complément Minéral Vitaminé est indispensable et doit être suivi de près. Les carences peuvent avoir des conséquences sur la reproduction, les défenses immunitaires, le fonctionnement ruminal.

bg
L’eau d’abreuvement : de l’or qui dort ?

Mes vaches boivent une eau de qualité et suffisamment ? Faire le point sur l’abreuvement est un levier simple, rentable d’efficience et de durabilité …

bg
Faites pâturer : vous y gagnerez !

Le pâturage est un atout majeur pour la rentabilité des exploitations laitières. Pour optimiser les performances économiques, la technicité est essentielle pour valoriser au mieux les surfaces en herbe.

bg
Note d’Etat Corporel : visez la NEC plus ultra !

La Note d’Etat Corporel est un point majeur de la nutrition d’un élevage. Cette méthode est performante pour évaluer l’état des réserves des animaux, améliorant les performances laitières, les risques de maladies, la reproduction.

bg
Le début de lactation, cette période à risque

La période qui suit le vêlage et le début de lactation constituent une période cruciale pour la vache et ses performances de production.