Le début de lactation, cette période à risque

Publié le 18 novembre 2021

La période qui suit le vêlage et le début de lactation constituent une période cruciale pour la vache et ses performances de production. Si elle n'est pas maîtrisée, elle peut vite se transformer en chemin de croix car c'est pendant les premiers mois de lactation que l'on trouve les principales pathologies métaboliques et notamment l'acétonémie.

Un déficit énergétique inévitable

En effet, une fois vêlée, la capacité d'ingestion de la vache augmente mais reste limitée par rapport aux besoins. Le déficit énergétique en début de lactation est inévitable.

Comme conséquence, on note un amaigrissement des vaches d'où la nécessité d'avoir une Note d'Etat Corporel (NEC) de 3.25-3.75 au vêlage afin que les vaches puissent mobiliser leurs réserves.

Ce juste équilibre quant à la NEC est indispensable au bon démarrage de la lactation car une vache trop grasse au tarissement et donc au vêlage (>4) est une vache à risque : vêlage difficile, non délivrance, métrite, acétonémie et déplacement de caillette.

L'inverse n'est pas conseillé non plus. En effet, une vache trop maigre (avec une NEC < ou = 2.5) ne disposant pas des réserves corporelles afin de lutter contre le déficit énergétique de début de lactation voit sa production laitière impactée (pic de lactation faible) ainsi que sa fertilité diminuée.

La vache laitière peut perdre jusqu'à une cinquantaine de kilos en début de lactation (-1 à 1.5 points de NEC) afin de produire son lait. Cependant il est important que cet amaigrissement ne se fasse pas trop brutalement et ce, si on veut éviter les risques d'acétonémie. La période la plus compliquée pour la vache laitière se situe entre le vêlage et le pic de lactation qui varie selon la productivité de la vache (entre 4 et 6 semaines). Il est donc indispensable d'accompagner au mieux celle-ci afin de lui permettre de démarrer sa lactation de façon optimale. Et gardons à l'esprit que tout problème ou retard de performance en début de lactation ne se rattrape que très difficilement voire pas du tout.

Comment gérer au mieux cette situation ?

Des solutions préventives existent :

  • Une gestion raisonnée des vaches taries et ce, en créant deux lots afin de permettre une bonne transition alimentaire et complémenter en énergie et protéines le 2ème lot, c'est-à-dire les taries à 3-4 semaines du terme.

  • Permettre aux vaches de vêler dans les meilleures conditions possibles (calme, hygiène, surveillance renforcée…)

  • Offrir en début de lactation une ration équilibrée avec des fourrages de qualité.

  • Apport progressif de concentrés de qualité et en quantité.

Comme vous l'aurez compris, le début de lactation et la fin du tarissement sont les périodes les plus importantes de la lactation. Il est donc indispensable de les maîtriser afin de mettre toutes les chances de son côté pour s'assurer des performances de production optimales.

Vous souhaitez optimiser vos pratiques pour maitriser cette phase si délicate ? Vous cherchez des protocoles efficaces et adaptés à votre exploitation ? Prenez rendez-vous dès maintenant avec l'un de nos experts et améliorez les performances de votre troupeau.

En savoir plus

bg
Minéraux, ils ne doivent pas faire défaut !

L’apport en minéraux à travers les Complément Minéral Vitaminé est indispensable et doit être suivi de près. Les carences peuvent avoir des conséquences sur la reproduction, les défenses immunitaires, le fonctionnement ruminal.

bg
Les points clés pour augmenter la production de lait par vache

Pour atteindre un haut niveau de production, il faut faire appel à un ensemble de compétences et une technicité globale de l’exploitation. Autrement dit, il faut être bon partout : mais sur quels points ?

bg
L’eau d’abreuvement : de l’or qui dort ?

Mes vaches boivent une eau de qualité et suffisamment ? Faire le point sur l’abreuvement est un levier simple, rentable d’efficience et de durabilité …

bg
Faites pâturer : vous y gagnerez !

Le pâturage est un atout majeur pour la rentabilité des exploitations laitières. Pour optimiser les performances économiques, la technicité est essentielle pour valoriser au mieux les surfaces en herbe.

bg
Note d’Etat Corporel : visez la NEC plus ultra !

La Note d’Etat Corporel est un point majeur de la nutrition d’un élevage. Cette méthode est performante pour évaluer l’état des réserves des animaux, améliorant les performances laitières, les risques de maladies, la reproduction.